Nicolas Friedli

consultant web indépendant

Accueil > Web > Lire et relire les classiques du web

Lire et relire les classiques du web

dimanche 5 février 2017, par Nicolas Friedli

Italo Calvino avait écrit un livre intitulé Pourquoi lire les classiques ? Son bouquin est entré dans la grande famille des classiques, selon la propre définition de l’auteur :

Les classiques sont ces livres dont on entend toujours dire : Je suis en train de le relire… et jamais : Je suis en train de le lire.

En théologie (la discipline de mes études universitaires) aussi, il y a des classiques. S’il fallait tenter une définition :

Les classiques sont des livres dont on entend encore parler quand ils ont perdu leur actualité. Que l’on exprime son accord ou son désaccord, les thèses qu’ils présentent sont incontournables.

Le web aussi présente quelques classiques. Ce sont des pages auxquelles je reviens régulièrement. Je les relis, je les cite. Je complèterai cette liste, classée chronologiquement, au fil du temps.

Le Manifeste du Web indépendant(1997) qui parle de liberté, de pédagogie, de publicité, de monopole bien avant l’avènement des réseaux sociaux et des mastodontes du web.

Web Design is 95% Typography (2006). Une réflexion sur la langue, le texte, la typographie, etc.

Jour J : aboutissement ou jalon ? (2009) Un article sur le jour de sortie d’un site web qui en dit bien plus sur la manière dont on conçoit le web en général.

Comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer le Web (2013) qui pose des bonnes questions sur le succès et la mesure du succès, sur les licences et le partage des contenus. Et finalement sur l’égo et le lâcher prise.

Ceci est une page Web (2013). Sur la simplicité, la narration, la valeur du texte et le partage.

« Le Monde diplomatique » en CinémaScope (2015). Un plaidoyer pour les textes longs, très lisibles et sans esbroufe.